Villas remarquables

La villa Ker Léo

La famille Levy vient en villégiature à Saint-Cast dès 1896. Ils ont 2 enfants, Pierre et Marcel.

Pierre Levy (1889-1966) deviendra commis en banque à la bourse de Paris et président du syndicat des commis en banque. Venu depuis son enfance, il est très attaché à Saint-Cast.

Vers 1920, il  fait construire une maison familiale de type mauresque, qu’il nommera Ker Léo. Elle est située juste à l’angle du boulevard de la mer et de la rue du duc d’Aiguillon. Elle est ultérieurement achetée par Mathurin Macé. Ker Léo subit quelques transformations et devient « Chanteclair ». Cette villa reprend le nom de Ker Léo vers 2005.

Vient à Pierre le désir de faire construire une vaste maison qui pourrait accueillir toute la famille, avec un espace réservé pour chacun de ses cinq enfants. L’architecte Boleslas de Jankowski dessine, en 1928, les plans de cette villa exceptionnelle, conçue comme un hôtel particulier, alternative de style Art Déco aux « villas-châteaux » de René Aillerie à Dinard, ou aux oeuvres régionalistes d’Yves Hémar avec ses « villas-manoirs ». La villa Ker Léo est le dernier chantier monumental de Saint-Cast qui consacre le retour aux modèles aristocratiques. Mathurin Macé est l’entrepreneur. Les matériaux principaux en sont le schiste, le moellon, et le béton armé, y compris pour la toiture.

Le chantier est stoppé par la récession économique due à la crise de 1929, puis la guerre 39-45. Seule la plomberie du sous-sol a été posée par les Allemands pour y installer des douches. Longtemps laissée à  l’abandon, la propriété fait l’objet, en 1947, d’un projet de construction d’un casino municipal, idéalement situé au centre de la plage sur le boulevard de la mer.  Ce projet n’aboutit pas.  L’ensemble est démoli en 1972 après avoir été vendu à un promoteur à la mort de Pierre Levy, laissant place à l’actuelle « Résidence du Casino ».

ci-contre le plan de « futur » casino qui ne fut jamais construit.

 

 

 

Pierre Levy

 

 

aller plus loin : vous retrouverez la vie Pierre Levy dans le livre « Personnages célèbres ou anonymes de Saint-Cast le Guildo » édité en 2012 par l’association Patrimoine de Saint-Cast le Guildo.

La Villa Bellezza (Beauté)

12 rue des Ajoncs d’or

Dans les années 1920, les Italiens immigrés en Bretagne sont majoritairement issus des métiers du bâtiment.

Florindo Oreste Pietro Dosso, dit Pierre Dosso, entrepreneur, né en 1889 dans le Piémont, arrive en 1924, avec son épouse, à Saint-Cast où il crée son entreprise.

L’une de ses premières réalisations est, en 1925, la villa Bellezza, Cet édifice, à 2 étages carrés, remarquable par sa typologie comme par son décor, possède les attributs de la «maison italienne»: façade enduite ornée d’une frise de mosaïque, toit-terrasse en béton avec balustrade de couronnement en béton, bow-windows avec balcon et balcon filant, laissant largement pénétrer la lumière. Les pièces de service sont au rez-de-chaussée.

Cette villa est aujourd’hui une copropriété.

Les Châlets Steck

Arthur Steck est né en 1845. Ce musicien impose la musique nouvelle et fait découvrir des compositeurs encore peu connus comme Massenet et Saint-Saëns. De 1885 à 1894, il dirige d’orchestre philharmonique de Monaco.

Il vient Saint-Cast vers 1895 et achète à la municipalité un grand terrain , dans les Mielles, sur lequel il fait construire cinq « châlets », déclarés constructions neuves dans les matrices cadastrales en 1901, pour les mettre en location.  Il est ainsi le premier promoteur de la station et du peuplement des Mielles. La rue où sont construites ces maisons est alors appelée « rue des châlets Steck ». Par la suite, elle sera débaptisée pour prendre le nom de « rue des Bergeronnettes ». La villa Carmen est au n°2, la ville Ker Guite au n°4, la ville dite Mamilou au n°8 et la villa Hérodiade au n°10. Arthur Steck décède en 1915.


Carmen Ker Guite  en 2018 Mamilou Hérodiade


error: Content is protected !!